publicite

Comment composer son système d'alarme GSM ?

Les alarmes GSM sont la plupart du temps vendues en kits prêts à l’emploi. Ces kits d’alarme contiennent tous les éléments pour la sécurisation d’un habitat type et sont parfois proposés sous des dénominations explicites telles que « alarme pour appartement » ou « alarme de maison » par exemple.

Pour une protection réellement sur mesure il est pertinent de composer son kit d'alarme selon les besoins spécifiques du bâtiment à protéger.
Pour cela il faut analyser les risques et faiblesses du site afin de sélectionner tous les éléments utiles à une sécurisation efficace.
En premier lieu on procède à une sécurisation périmétrique, c'est-à-dire que l'on s'intéresse à l'extérieur du bâtiment.
En périmétrie on peut placer des périphériques de détection ainsi que des accessoires d’alerte et de dissuasion.

Détection extérieure :
Parmi les éléments les plus courants pour la détectiion extérieure on trouve notamment les détecteurs volumétriques extérieurs. Leur rôle est de repérer les déplacements à l'extérieur du bâtiment.

Leur technologie de détection repose sur l'utilisation de l'infrarouge et pour les modèles les plus évolués de micro-ondes. Généralement les détecteurs de mouvement extérieurs sont d'une grande fiabilité de détection. Ils sont en effet conçus pour ne pas réagir aux perturbations extérieures (végétation qui bouge, passage d'animaux, éclairages parasites...) tout en relayant des alertes fiables.

Selon la configuration du lieu à surveiller on peut opter pour des détecteurs de mouvement ayant un angle de détection spécifique comme les détecteurs rideau ou les détecteurs de façade. Les détecteurs rideau émettent un "rideau de détection" qui plonge à la verticale du détecteur. Il s'agit d'une solution à privilégier lorsqu'on souhaite surveiller une porte ou un passage étroit.

Les détecteurs de mouvement pour façade sont quant à eux dédiés comme leur nom l'indique à la sécurisation extérieure d'une maison grâce à un rayon large couvrant toute la façade.
Les détecteurs de mouvement peuvent être utilisés et reliés à un système d'alarme, à un système de vidéosurveillance ou encore à un équipement électrique, dans la plupart des cas un éclairage.

Un autre accessoire de sécurisation périmétrique consiste en la barrière infrarouge.
Les barrières infrarouges sont des plots entre lesquels la détection est assurée par un ou plusieurs rayons infrarouges. Lorsque le ou les rayons sont coupés une alerte est émise. Ce type de dispositif est approprié à la protection d'une allée ou d'un jardin par exemple.

Parmi les éléments de dissuasion et d’alerte que l’on peut placer en extérieur on trouve notamment :
Les autocollants indiquant que la propriété est protégée par une alarme. Il s’agit d’un procédé simple, économique et efficace mais totalement inutile lorsqu’un cambrioleur décide de passer tout de même à l’action.

Les sirènes d’alarme, réelles ou factices sont également des éléments renforçant la dissuasion. Dans le cas d’une sirène d’alerte il est conseillé d’utiliser un modèle équipé de flashs : une sirène gyrophare. Ce type d’équipement permet au voisinage de localiser le lieu de l’alerte rapidement en pleine nuit.
Les caméras de surveillance, également réelles ou factices sont également un plus pour la dissuasion. A noter qu’une caméra à elle seule ne peut se substituer à un système d’alarme.

Parmi les éléments de sécurisation périmétrique on peut également utiliser un tapis à détection de pression. Généralement dissimulé sous le paillasson du seuil d’une habitation, ce détecteur qui réagit au poids des personnes qui le foulent peut servir d’alerte anti-intrusion ou encore de carillon d’entrée.

Sécurisation électronique intérieure :
Une fois la sécurisation extérieure définie il convient de penser celle des ouvrants. En sécurisant les ouvertures du bâtiment on s’accorde une chance supplémentaire d’un déclenchement d’alarme avant qu’il n’y ait de dégâts matériels lors d’une tentative de cambriolage.
La sécurisation des ouvrants (portes, fenêtres…) peut se faire à l’aide de plusieurs types de détecteurs.

Les plus communément utilisés sont les détecteurs d’ouverture à contact magnétique. Il s’agit de deux aimants fermant un circuit. Lorsque le circuit est ouvert une alarme se déclenche. Les détecteurs d’ouverture conviennent à la sécurisation de la plupart des ouvrants : portes, fenêtres, vasistas etc.

Plus récents, les détecteurs gyroscopiques réagissent à tout type de déplacement, dans n’importe quelle direction. On les dénomme également détecteurs de mouvement 3 axes et ils peuvent remplir de multiples usages de par la polyvalence de leur détection (sécurisation d’ouvrants, de meubles etc).

Pour compléter la sécurisation d’ouvrants disposant de volets roulants on peut y adjoindre des détecteurs d’ouverture de volet roulant. Ces derniers réagissent dès lors que l’on essaye d’ouvrir le volet roulant de quelque manière que ce soit.

Pour les ouvrants métalliques tels que les portes de garage ou de hangar on utilise un détecteur de porte de garage, spécialement conçu pour fonctionner malgré les interférences créées par les grandes structures métalliques.
Pour les baies vitrées, vérandas, verrières et autres grandes surfaces vitrées, selon leur configuration, on utilise au choix : des détecteurs d’ouverture classiques, des détecteurs de choc ou de vibration ou encore des détecteurs de bris de vitre.

Les détecteurs d’ouverture classiques présentent l’inconvénient de pouvoir éventuellement rester « fermés » lors du bris partiel d’une surface vitrée.

Les détecteurs de vibration peuvent s’avérer trop sensibles selon leur exposition : le passage d’un poids lourd par exemple, peut faire vibrer une baie vitrée et déclencher une alerte intempestive. Ce type de détecteur convient donc aux surfaces vitrées qui ne subissent pas d’oscillations dues à de quelconques facteurs environnementaux. Ces détecteurs peuvent également se placer sur des cloisons assez fines pour être susceptibles d’être percées.
Les détecteurs de bris de vitre réagissent aux sons d’une glace qui se brise. Selon les modèles ils peuvent sécuriser une plus ou moins grande surface vitrée. Il s’agit certainement de la solution la plus efficace et appropriée pour surveiller une baie-vitrée.

On peut également sécuriser une grande surface vitrée à l’aide d’un ou plusieurs détecteurs de mouvements. Il faut pour cela disposer le ou les champs de détection pour qu’ils s’arrêtent à la limite intérieure de la surface vitrée. L’inconvénient de cette option, tout comme celle du détecteur audio-sonique de bris de vitre, c’est que l’alarme ne se déclenche que lorsque la vitre est déjà brisée. La périmétrie du bâtiment est sécurisée, ses ouvrants aussi, il reste à mettre l’intérieur sous protection électronique. Pour sécuriser un intérieur on utilise essentiellement des détecteurs volumétriques également dénommés détecteurs de mouvement.

Les détecteurs de mouvement se classent essentiellement en deux grandes catégories : les détecteurs de mouvement classiques qui conviennent à tout type d’habitation ou de local et les détecteurs de mouvement dits « pet immune » ou « immunisés aux animaux » qui sont préconisés pour les pièces où circulent des animaux domestiques.
Le choix des détecteurs de mouvement se fait donc premièrement sur ce critère plus sur celui de l’architecture des lieux à protéger.

Les détecteurs de mouvement se placent en effet de préférence dans les axes de circulation et les passages obligatoires du bâtiment. On dispose ainsi des détecteurs de présence dans les couloirs, escaliers et dans les pièces à vivre.
En complément des détecteurs de mouvement « classiques » on peut sécuriser des objets de valeur avec des détecteurs d’ouverture miniatures ou des détecteurs de mouvement de type gyroscopique, c’est-à-dire réagissant à tout déplacement de l’objet.

Une fois les systèmes de détection en place, il est important de penser aux systèmes d’alerte. La plupart des centrales d’alarme GSM comportent une sirène intégrée. Installer une ou plusieurs sirènes supplémentaires permet de maximiser la capacité d’alerte et de dissuasion du système d’alarme. Cette option s’avère intéressante dans les grands bâtiments et dans les cas où la centrale pourrait être exposée au sabotage d’un intrus.

Concernant les possibilités de neutralisation de la centrale et notamment de son alerte locale grâce à la sirène intégrée, une solution consiste à camoufler cette centrale ou à l’installer dans un lieu difficilement accessible. Dans ce type de configuration il est alors intéressant de disposer d’un clavier de commande accessible. On utilise alors un clavier déporté.
Le clavier déporté pour centrale d’alarme permet de piloter et programmer la centrale sans l’exposer. Toujours dans les accessoires de commande pour centrale d’alarme, les télécommandes sont des accessoires pratiques qu’il est toujours pertinent de posséder une quantité suffisante pour un usage familial de l’alarme.

Toujours pour gérer les accès, on peut opter pour un clavier ou une centrale dotée d’un lecteur de badges RFID. Ce type d’équipement permet une identification rapide et un armement/désarmement « à la volée » du système. Il suffit de passer le badge devant le lecteur pour valider son entrée ou sa sortie de la zone protégée par l’alarme.

En complément de cette protection complète il est possible d’adjoindre un système de vidéosurveillance, voire une simple caméra IP permettant de procéder à une « levée de doute » visuelle en cas d’alerte.